Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Un soutien politique est indispensable pour vacciner le « cinquième enfant »

2013-04-23

L’UNICEF rappelle qu’un enfant sur cinq n’est toujours pas vacciné

et court par conséquent un risque

Montréal, le 22 avril 2013Un million et demi d’enfants ne seraient pas décédés en 2011 s'ils avaient été vaccinés, affirme l'UNICEF alors que commence la Semaine mondiale de la vaccination. Un enfant sur cinq ne bénéficie pas des vaccins essentiels en raison de l'exclusion sociale ou géographique, du manque de ressources, de systèmes de santé défaillants ou de conflits comme ceux qui font rage aujourd’hui en Syrie et dans certaines régions de l’Afrique de l’Ouest.

Tous les nourrissons du monde ont besoin d’être vaccinés afin de mieux protéger leur santé; on estime que les vaccins sauvent chaque année la vie de deux à trois millions d'enfants, ce qui représente l'un des dix plus grands succès du siècle dernier dans le domaine de la santé publique, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis. La vaccination est très rentable il en coûte moins d'un dollar pour qu’un enfant soit protégé contre la rougeole pendant toute sa vie.

Malgré cela, en 2011, 22,4 millions d'enfants n'ont pas été vaccinés, soit une augmentation de plus d'un million par rapport à l'année précédente.

L’UNICEF craint que les initiatives mondiales visant à vacciner chaque enfant ne stagnent, car l’apport financier diminue et la volonté politique s’essouffle. En 2011, seulement 152 des 193 États membres de l’Organisation mondiale de la Santé avaient des lignes budgétaires consacrées à la vaccination.

Les inégalités persistent entre les pays et au sein de ceux-ci. Dans n’importe quel pays, ce sont les enfants des familles riches qui ont accès aux meilleurs services de santé, et ce sont eux qui bénéficient du taux de couverture vaccinale le plus élevé.

Tant qu’on n’éliminera pas ces disparités, on ne pourra pas vacciner tous les enfants, constate l’UNICEF. Parallèlement, tous les enfants pourront bénéficier de l’investissement dans la vaccination de routine dans le cadre de l’amélioration des systèmes de santé, ce qui réduira encore davantage les inégalités. Pour cela, les gouvernements doivent offrir un apport de fonds suffisant et l’on doit encourager les innovations, par exemple, l’utilisation récente de vaccins contre la pneumonie et la diarrhée. Un appui politique inébranlable s’avère nécessaire pour que les enfants qui vivent dans les familles les plus démunies et dans les communautés les plus isolées bénéficient eux aussi de la vaccination.

L’UNICEF occupe une position unique

L’UNICEF achète des vaccins dont bénéficient 36 pour cent des enfants du monde. En 2012, il en a acheté près de 1,9 milliard et plus de 500 millions de seringues. En tant que plus grand acheteur de vaccins du monde, l’UNICEF s’efforce d’en maintenir le coût à un prix abordable pour les pays à faible et moyen revenu. L’UNICEF et ses partenaires appuient des programmes de vaccination dans une centaine de pays.

Au niveau national, l’UNICEF et ses partenaires appuient les gouvernements pour optimiser la chaîne d’approvisionnement, y compris la logistique et le matériel de la chaîne du froid, afin que celle-ci permette de garder les vaccins à la même température à toutes les étapes de l’entreposage et du transport, jusqu’à ce qu’ils parviennent aux enfants. L’UNICEF s’efforce également de sensibiliser davantage les communautés aux bienfaits de la vaccination et à promouvoir leur acceptation.

En situation d’urgence, les enfants sont plus vulnérables et les campagnes de vaccination revêtent une importance cruciale. La rougeole est l’une des premières maladies hautement contagieuses à faire son apparition lors d’une crise humanitaire. Des épidémies ont récemment éclaté en Syrie, au Pakistan, au Nigeria et en République démocratique du Congo.

Les grandes retombées positives de la vaccination et les défis à relever pour la mener à bien sont évidentes lorsqu’on parle de la crise en Syrie. L'année dernière, l'UNICEF et ses partenaires y ont vacciné 1,3 million d'enfants contre la rougeole et 1,5 million contre la poliomyélite. De plus, une campagne est en cours pour vacciner 2,5 millions d'enfants contre la rougeole. Toutefois, en raison des fonds limités, d’immenses difficultés d’accès et des mouvements massifs de population, il n’a jamais été aussi difficile de vacciner chaque enfant.

Des efforts concertés visant à vacciner les enfants ont permis de réduire l’incidence de certaines maladies dévastatrices, voire de les éradiquer :

  • La variole a été éliminée en 1980. La poliomyélite a récemment été éradiquée en Inde et n’est plus endémique que dans trois pays : le Pakistan, le Nigeria et l’Afghanistan.
  • De 2000 à 2011, les décès attribuables à la rougeole ont chuté de 71 pour cent dans le monde
  • De 2000 à 2013, 29 pays ont éliminé le tétanos néonatal.

-30-

NOTE AUX RÉDACTEURS ET RÉDACTRICES EN CHEF

La Semaine mondiale de la vaccination est une initiative mondiale soulignée chaque année pour promouvoir l’utilisation de vaccins essentiels, l’une des solutions les plus puissantes visant à protéger les enfants contre des maladies mortelles.

Cette semaine est l’occasion de plaider pour que chaque enfant dans le monde reçoive des vaccins essentiels, et pour demander davantage de fonds ainsi que l’amélioration des programmes nationaux de vaccination.

Pendant la Semaine mondiale de la vaccination 2013, au moyen de manifestations nationales et de messages partagés sur les médias sociaux ou traditionnels, l’UNICEF, ainsi que ses partenaires gouvernementaux et des Nations Unies, sensibiliseront la communauté internationale au problème, en expliquant qu’il est urgent d’immuniser chaque enfant, où qu’il soit!

Voici quelques-uns des moments forts de cette Semaine de la vaccination :

  • Campagnes de vaccination pour les personnes réfugiées maliennes déplacées en raison de la guerre et pour les communautés qui les accueillent en Mauritanie. Les enfants seront vaccinés contre la rougeole, la poliomyélite, la diphtérie, la coqueluche et le tétanos. Les enfants âgés de moins de cinq ans seront aussi testés pour la malnutrition.
  • Utilisation de nouveaux vaccins en Ouganda, en Somalie, en République démocratique du Congo, en Zambie, en Angola et en Haïti
  • Projections cinématographiques nocturnes sur la vaccination dans des communautés rurales au Libéria
  • Lancement d’une série divertissante et éducative pour adolescents et adolescentes en Ukraine
  • Campagne de messages SMS au Malawi pour encourager les parents à faire vacciner leurs enfants
  • Journées champs ouverts en Gambie, lors desquelles des travailleurs et des travailleuses de la santé viendront parler de la vaccination dans les communautés, à l’aide de jeux-questionnaires, de prix et de projections cinématographiques nocturnes dans les communautés rurales
  • Diffusion sur une chaîne de télévision nationale d’un sketch sur la vaccination joué par des comédiens et comédiennes connus en République démocratique du Congo et d’une chanson interprétée par de célèbres musiciens congolais à la radio

L’UNICEF publiera sur son site Web et sur ses comptes de médias sociaux des articles sur les initiatives en matière de vaccination dans le monde entier, par exemple en Afghanistan, au Nigeria et au Pakistan, où la poliomyélite est encore endémique.

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit!

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca