Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Une campagne de vaccination pour éradiquer la poliomyélite, une maladie que l'on croyait avoir enrayée en Guinée

2010-03-25

Par Gaelle Bausson

CONAKRY, Guinée, le 26 mars 2010 - Yeninka, âgée de 5 ans, est née dans un quartier pauvre de pêcheurs d’une banlieue de Conakry, la capitale guinéenne. Elle était en bonne santé jusqu'à il y a deux mois. Son père, Soumah, un pêcheur veuf, se souvient de ce qui s'est alors produit.

« Elle s'est réveillée à six heures du matin, son corps était très chaud et quand j'ai voulu lui donner un bain, elle ne pouvait pas se tenir, elle n'arrêtait pas de tomber », raconte-t-il.

Aujourd'hui, presque complètement paralysée, Yeninka ne peut bouger ni ses jambes ni ses bras et elle peut à peine parler. Elle est atteinte de la poliomyélite, une maladie virale extrêmement contagieuse que l'on croyait avoir éradiquée en Guinée.

La vaccination systématique négligée

Selon le responsable de la santé d'UNICEF Guinée, Ibrahima Diallo, Yeninka a payé très cher le manque d'accès aux vaccins et l’insuffisance de connaissances en matière de santé dans le pays.

« Sa mère étant décédée et son père souvent absent en raison de son travail, il y a probablement eu négligence en ce qui concerne la vaccination de routine de cette fillette, indique-t-il. Elle vit également dans un quartier très pauvre difficile d'accès. »

Le cas de Yeninka n'est pas isolé. Depuis la fin de 2008, une épidémie de poliomyélite se propage en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale, du Nigeria aux pays voisins. En 2009, on a recensé 42 cas de poliomyélite en Guinée, un pays qui, de 2004 à 2008, était exempt de cette maladie.

 

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Un enfant en Guinée reçoit un vaccin oral contre la poliomyélite durant une nouvelle campagne menée par l'UNICEF et ses partenaires pour vacciner tous les enfants de moins de cinq ans.

Cette flambée soulève le problème de l'accès à la vaccination. La tourmente politique dans laquelle a été plongé le pays durant ces dernières années a engendré des conséquences significatives sur la santé des enfants.

« Le système de santé ne dispose pas de suffisamment de fonds », constate le Dr Camille Soumah, coordinateur du programme de vaccination en Guinée. « Par conséquent, le gouvernement n'a pas pu organiser de campagnes de vaccination massive qui auraient protégé chaque enfant, même ceux des régions éloignées. »

Une campagne de sensibilisation à la vaccination à la radio

Les nouveaux cas de poliomyélite ont incité le ministère guinéen de la Santé, avec le soutien de l'UNICEF, de l'Organisation mondiale de la Santé, du Rotary International et de différents partenaires, à entreprendre une campagne nationale de vaccination dans laquelle des travailleurs et travailleuses de la santé font du porte à porte pour joindre tous les enfants de moins de cinq ans.

La campagne s'inscrit dans le cadre d'un programme plus vaste mené dans la région. Une série de campagnes de trois jours, organisées simultanément dans 19 pays, vise à vacciner 85 millions d'enfants et à enrayer l'épidémie de poliomyélite d'ici la fin de 2010.

UNICEF Guinée sensibilise la population par l'intermédiaire des stations de radio pour diffuser de l’information sur la campagne de vaccination dans les zones rurales. À Dabola, à l'est de la Guinée, par exemple, une radio locale diffuse chaque jour des messages traitant de la santé demandant aux familles de rester chez elles et d'attendre que les travailleurs et travailleuses de la santé vaccinent leurs enfants.

 

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Yeninka, âgée de 5 ans, dans les bras de son père, est aujourd'hui partiellement paralysée en raison de la poliomyélite. Elle n’a malheureusement pas été vaccinée contre la maladie réapparue en Guinée.

Des campagnes de bonne qualité

Les messages diffusés par la radio atteignent les villages dans un rayon de 100 kilomètres et l’information semblent avoir été reçue.

« Il s’agit du meilleur moyen de convaincre les familles réticentes », observe Sekou Camara, le responsable de la santé du district. « Au moyen de la radio, nous pouvons faire passer l'information appropriée et sensibiliser très facilement la population. »

Après avoir vacciné tous les enfants de moins de cinq ans d’un même foyer, l'équipe chargée de la vaccination utilise de la craie pour marquer la maison d’un grand « V », indiquant qu'ils ont vacciné tous les enfants y résidant.

« Grâce à des campagnes de bonne qualité qui n’oublient aucun enfant, nous pourrons faire en sorte que la Guinée soit exempte de poliomyélite », déclare le représentant de l'UNICEF en Guinée, Julien Harneis.

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca