Plan d’action pour protéger les enfants les plus vulnérables des répercussions de la COVID-19 | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content

L’ampleur de la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19) est telle que pour ainsi dire personne sur terre en vie aujourd’hui n’a eu l’occasion de connaître une telle situation. Dans le monde entier, l’épidémie fait des victimes et appauvrit les moyens de subsistance des populations alors que les systèmes de santé s’effondrent, les frontières se ferment, et les familles ont du mal à se maintenir à flot. 

De nombreuses communautés partout dans le monde font face au défi, qu’il s’agisse du personnel de la santé qui risque sa vie pour lutter contre le virus ou encore des jeunes qui mettent en œuvre des moyens innovants pour communiquer des messages de santé publique. 

Pourtant, même si la propagation du virus ralentit dans certains pays, les conséquences sociétales de cette crise s'annoncent intenses et contraignantes. Il est clair que dans de nombreux endroits, ce seront les enfants les plus vulnérables qui seront les plus affectés. 

Sans intervention urgente, cette crise sanitaire risque de se transformer en une crise menaçant les droits de l’enfant.

Les perturbations au sein de la société ont d’importantes répercussions sur les enfants, notamment sur leur sécurité, leur bien-être et leur avenir. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pourrons veiller à la santé, à la sécurité et à l’éducation de millions de filles et de garçons, y compris les enfants qui ont été déracinés par des conflits, les enfants handicapés et les filles exposées à la violence. 

L’UNICEF appelle à la mise en œuvre d’un plan d’action rapide pour appliquer les mesures suivantes :

1. Veiller à ce que les enfants restent en bonne santé

Les efforts internationaux visant à renforcer les systèmes de santé contribueront grandement à la lutte contre le virus, notamment en veillant à ce que les fournitures et les équipements de protection nécessaires parviennent aux communautés touchées, et en offrant au personnel de la santé des formations en matière de prévention, de diagnostic et de traitement de la maladie à coronavirus. Il est clair que la surcharge des systèmes de santé ne menace pas seulement les personnes qui attrapent la COVID-19. 

Dans les régions les plus pauvres du monde, les enfants qui ont besoin de services essentiels de base, y compris ceux visant à les protéger contre des maladies comme la pneumonie, le paludisme et la diarrhée, risquent d’être privés de ces services. Alors que les systèmes de santé sont mis à rude épreuve, des nourrissons et des enfants risquent de perdre la vie à cause de maladies évitables.

L’UNICEF appelle les gouvernements et ses partenaires à maintenir les services de santé maternelle, néonatale et infantile qui sont essentiels à la survie. Cela signifie qu’il faut continuer à répondre aux besoins urgents liés à la COVID-19 tout en poursuivant les interventions sanitaires essentielles, comme le financement des programmes de vaccination, qui aident les enfants à survivre et à s’épanouir. Notre réponse à la COVID-19 doit être axée sur le renforcement des systèmes de santé à long terme.

2. Donner aux enfants vulnérables accès à l’eau, à l’assainissement de l’eau et à l’hygiène

Le lavage des mains et l’hygiène n’ont jamais été aussi importants pour se protéger et protéger les autres. Or, de nombreux enfants n’ont pas accès à des installations de base pour la distribution d’eau et l’hygiène. 

Certains enfants sont privés d’eau potable parce qu’ils vivent dans des régions reculées ou dans des endroits où l’eau est polluée et non traitée. D’autres enfants n’ont pas accès à des installations parce qu’ils sont sans domicile, vivent dans un bidonville ou dans la rue.

L’UNICEF demande aux gouvernements de donner la priorité à ces enfants. C’est dans ce contexte que nous lançons un appel urgent de financement et de soutien afin que nous puissions fournir à un plus grand nombre de filles et de garçons des installations de base en eau, en assainissement et en hygiène.

3. Veiller à ce que les enfants continuent d’apprendre

Lorsque les écoles du monde entier ont fermé leurs portes pour empêcher la propagation de la COVID 19, les parents, les proches aidants et les enseignants ont réagi de manière résiliente, en trouvant de nouvelles façons pour s’assurer que les enfants continuent d’apprendre. Cependant. les filles et les garçons n’ont pas tous accès à Internet, à des livres ou à des fournitures scolaires.

Nous devons faire plus pour assurer l’égalité d’accès à l’éducation pour tous les enfants. L’UNICEF appelle les gouvernements à accroître les possibilités d’apprentissage à domicile, notamment à l’aide de moyens traditionnels ou de solutions nécessitant peu de technologie, et à assurer la connectivité Internet dans les zones rurales et isolées. Avec plus de 800 millions d’enfants non scolarisés, ce n’est pas le moment de réaffecter ailleurs les fonds nationaux servant à financer l’éducation. L’UNICEF et ses partenaires continueront de travailler ensemble pour combler le fossé numérique et permettre aux enfants d’apprendre, peu importe où ils se trouvent.

4. Aider les familles à répondre à leurs besoins et à s’occuper de leurs enfants

Les conséquences socio-économiques de la COVID-19 seront plus marquées chez les enfants les plus vulnérables du monde. Nombre d’entre eux vivent déjà dans la pauvreté, et l’incidence des mesures de contrôle relatives à la COVID-19 risquent de les plonger encore plus dans la précarité. 

Alors que des millions de parents ont des difficultés à maintenir leurs moyens de subsistance et leurs revenus, les gouvernements doivent intensifier les mesures de protection sociale, en mettant en place des programmes et des politiques qui favorisent l’accès des familles aux soins de santé, aux aliments nutritifs et à l’éducation. 

Les mesures de protection sociale comprennent le transfert d’espèces et des services de soutien en matière d’alimentation et de nutrition, tout comme des initiatives qui visent à protéger les emplois et à collaborer avec les employeurs pour soutenir adéquatement les parents qui travaillent. 

Si aucune mesure urgente n’est prise pour atténuer les conséquences sociales et économiques de l’épidémie de COVID-19 et du contexte en découlant, des dizaines de millions d’enfants vivant déjà dans la précarité tomberont dans la pauvreté.

5. Protéger les enfants contre la violence, l’exploitation et les mauvais traitements

Compte tenu des perturbations qui chamboulent les communautés, la situation des enfants déjà exposés à la violence, à l’exploitation et aux mauvais traitements risque d’être exacerbée. 

Les bouleversements sociaux et économiques augmenteront le risque de mariage précoce, de grossesse et de violence sexiste à l’égard des filles. Avec le confinement, les enfants victimes de violence à la maison ou d’intimidation en ligne seront loin de toute aide immédiate. De plus, le stress et la stigmatisation liés à la maladie et aux difficultés financières aggraveront l’instabilité des situations familiales et communautaires. 

Nous devons éviter que cette pandémie ne se transforme en une crise de protection de l’enfance. Lorsqu’ils établissent les mesures de distanciation sociale et d’autres mesures d’intervention en réponse à la COVID-19, les gouvernements doivent tenir compte des risques particuliers auxquels les filles et les enfants vulnérables sont exposés, y compris ceux qui sont victimes de discrimination et de stigmatisation. Nous devons aider les enfants qui pourraient être temporairement séparés de leurs parents en raison de la maladie, et travailler ensemble pour établir un plan d’action face à un accroissement éventuel des demandes de protection et d’aide en matière de santé mentale.

6. Protéger les enfants réfugiés et migrants et ceux qui sont touchés par des conflits

Chaque jour, les enfants réfugiés, les enfants migrants et les enfants touchés par des conflits sont confrontés à des menaces innommables pour leur sécurité et leur bien-être, et ce, même en faisant abstraction de la pandémie. Pour beaucoup de ces filles et de ces garçons, l’accès à des soins de santé et à des installations sanitaires de base est extrêmement limité, tandis que la promiscuité des espaces de vie rend la distanciation sociale impossible. 

Les besoins humanitaires ne doivent pas être mis à l’écart lors de la mise en place de mesures pour lutter contre la COVID-19. Le Secrétaire général des Nations Unies a appelé à un cessez-le-feu mondial afin que tous unissent leurs efforts pour lutter contre le virus, un ennemi commun qui fait fi des frontières. Les systèmes de santé des pays ravagés par la guerre sont déjà au bord de l’effondrement. Il appartient à la communauté mondiale de s’unir pour aider les enfants les plus vulnérables, soit ceux qui ont été arrachés à leur famille et à leur foyer, en défendant leurs droits et en les protégeant contre la propagation du virus.

QUE FAIT L’UNICEF?  

Notre réponse à la COVID-19 est de bâtir un avenir meilleur pour chaque enfant. Partout dans le monde, l’UNICEF travaille avec les communautés, les gouvernements et ses partenaires pour ralentir la propagation de la COVID-19 et réduire au minimum les incidences sociétales et économiques sur les enfants et les familles.

Nous nous engageons :

  • à travailler avec les gouvernements, les autorités et nos partenaires du domaine de la santé présents sur la scène mondiale pour veiller à ce que les communautés les plus vulnérables reçoivent des fournitures essentielles et des équipements de protection; 
  • à donner la priorité à la distribution de médicaments, de produits nutritionnels et de vaccins essentiels, et à travailler en étroite collaboration avec les gouvernements et les réseaux logistiques pour atténuer les répercussions des restrictions en matière de déplacement sur la distribution de ces fournitures;
  • à travailler avec nos partenaires pour distribuer de toute urgence de l’eau et aménager des installations sanitaires et d’hygiène dans les communautés les plus vulnérables; 
  • à diffuser des messages et des conseils de santé publique essentiels pour ralentir la transmission du virus et réduire la mortalité; 
  • à soutenir les gouvernements pour assurer la sécurité des écoles et faire en sorte que les enfants continuent d’apprendre; 
  • à fournir des conseils et un soutien aux parents, aux proches aidants et aux éducateurs pour favoriser l’apprentissage à domicile et à distance, et à travailler avec nos partenaires pour concevoir des solutions éducatives novatrices; 
  • à fournir des conseils aux employeurs sur la meilleure façon de soutenir les parents qui travaillent et à concevoir de nouvelles solutions de protection sociale visant à assurer aux ménages les plus pauvres l’accès à un financement pour combler leurs besoins essentiels; 
  • à favoriser l’apprentissage entre pairs et le partage d’informations entre les jeunes afin de soutenir leur santé mentale et de lutter contre la stigmatisation, la xénophobie et la discrimination; 
  • à intensifier notre travail auprès des enfants réfugiés et migrants et de ceux touchés par des conflits pour veiller à ce qu’ils soient bien protégés contre la COVID-19.

Mots-clés populaires :
Région géographique :