Skip to main content
UNICEF Canada logo Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie des premières personnes à être au courant lorsqu’une situation d’urgence survient et que les enfants ont besoin d’aide immédiatement. Vous recevrez aussi des mises à jour régulières sur les programmes de l’UNICEF à l’échelle mondiale.

J’aimerais faire un don :

Aidez à sauver les enfants au Yémen

Comment pouvez-vous aider les enfants du Yémen? En contribuant au fonds de secours d'urgence de l'UNICEF
Comment pouvez-vous aider les enfants du Yémen? En contribuant au fonds d'urgence de l'UNICEF pour le Yémen.

Comment expliquer la crise humanitaire au Yémen

La crise au Yémen est causée par une combinaison de problèmes auxquels les enfants et les familles doivent faire face chaque jour, comme :

  1. le conflit
  2. l’effondrement des services de base
  3. la famine qui menace les familles
  4. le choléra qui menace de se propager

1. La guerre au Yémen menace la vie des enfants

Le conflit a fait du Yémen un véritable enfer pour les enfants. Plus de 11 millions d’enfants, soit 80 % de tous les enfants qui vivent dans le pays, ont besoin d’une aide humanitaire.

Comment le conflit au Yémen a-t-il commencé?

En mars 2015, le conflit au Yémen opposant la milice houthie aux partisans du gouvernement yéménite a dégénéré en une guerre brutale après que la milice houthie eut pris le contrôle de Sanaa, la capitale du Yémen, vers la fin de 2014. Les bombardements aériens et les combats de rue ont touché la majeure partie du pays, mettant en danger la vie de millions de civils, en particulier la vie des enfants. Partout au Yémen, les organisations humanitaires se heurtent à des obstacles majeurs pour venir en aide aux Yéménites qui ont besoin de nourriture, de médicaments et d’autres fournitures essentielles.

Le Yémen sur la carte :

2. Les services de base s’effondrent rapidement

L’effondrement des services de base au Yémen continue de s’accélérer. Les écoles, les établissements de santé et les systèmes d’alimentation en eau et d’assainissement ont été détruits, évacués ou forcés de fermer en raison du manque de carburant, de fournitures ou de fonds. Les enfants font face à des pénuries alimentaires, à des maladies, à des déplacements et à un grave manque d’accès aux services sociaux de base. Et la liste s’allonge. La vie des enfants dans le pays est gravement en danger. Alors que l’attention des médias et des donatrices et donateurs internationaux passe d’une crise à une autre, la crise qui sévit au Yémen risque de tomber dans l’oubli. Mais les besoins du pays sont énormes.

Les chances de survie s'amenuisent de jour en jour pour les près de 400 000 enfants qui souffrent de malnutrition aigüe au Yémen.

La famine au Yémen

3. La famine au Yémen : la menace la plus urgente

Alors que la crise économique s’aggrave et que la violence à Hodeïda persiste, des millions d’enfants et de familles partout au Yémen sont au bord de la famine. Les statistiques sont inquiétantes :

  • 18,5 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire, ce qui signifie qu’elles n’ont pas accès à un approvisionnement alimentaire régulier; parmi celles-ci, 8,4 millions de Yéménites font face à une insécurité alimentaire grave et risquent de mourir de faim.
  • 400 000 enfants âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition sévère aiguë et luttent pour survivre.
  • 1,8 million d’enfants et 1,1 million de femmes enceintes ou allaitantes sont gravement dénutris et pourraient faire face à une insécurité alimentaire grave.

Si les tendances actuelles se maintiennent, de 3 à 5,6 millions de Yéménites supplémentaires pourraient se trouver en situation de pré-famine, ce qui porterait à 14 millions le nombre de Yéménites en insécurité alimentaire grave. Les trois quarts de la population du Yémen ne savent pas d’où viendra leur prochain repas. Ces conditions déjà dévastatrices en elles-mêmes sont aggravées par la situation à Hodeïda, où la violence met la vie des enfants en danger et entrave la chaîne d’approvisionnement essentielle en carburant et l’aide humanitaire qui soutient 28 millions de Yéménites.

4. Le choléra : un nombre de cas déjà alarmant

Depuis le mois d’avril 2017, le nombre de décès attribuables au choléra a atteint de nouveaux sommets. Il y a eu dans le pays plus de 1,2 million de cas présumés de choléra et 2 515 décès associés; c’est l’une des pires épidémies de l’histoire récente. La vaccination est essentielle pour prévenir la propagation du choléra, en particulier chez les enfants.

En septembre et en octobre 2018, plus de 306 000 personnes, dont plus de 160 000 enfants âgés de moins de 15 ans, ont été vaccinées contre le choléra dans le cadre d’une campagne conjointe de l’OMS et de l’UNICEF. Ces nombres devraient être revus à la hausse une fois que les rapports sur les derniers jours de la campagne arriveront. La campagne de vaccination de six jours, menée par 3 000 travailleuses et travailleurs de la santé dans trois districts de Hodeïda et d’Ibb, a été rendue possible grâce à une interruption des combats, connue sous le nom de « journées de tranquillité ». Cette interruption des combats a été acceptée par les parties prenant part au conflit.

L’UNICEF procure des services essentiels

UNICEF supplies.jpg

La crise qui sévit au Yémen compte parmi les pires crises humanitaires dans le monde. L’UNICEF est l’un des organismes d’aide à l’enfance les plus actifs au Yémen. Les opérations d’intervention sont rapidement intensifiées pour répondre aux besoins humanitaires des enfants qui deviennent de jour en jour plus pressants.

L’UNICEF travaille en collaboration avec ses partenaires au Yémen pour fournir du soutien en matière de santé et de nutrition, de l’eau potable, ainsi que des services d’hygiène. Depuis le début de 2018 :

  • Plus de 170 000 enfants souffrant de malnutrition sévère aiguë ont été admis à des soins thérapeutiques.
     
  • Près de 5 millions de personnes ont eu accès à de l’eau potable. Plus de 5,5 millions de personnes qui vivent dans les régions où le risque de choléra est élevé ont eu accès à des produits de traitement et de purification de l’eau à domicile. L’accès à de l’eau potable est assuré grâce à l’approvisionnement en électricité dans les communautés.
     
  • Plus de 997 000 enfants âgés de moins de cinq ans ont reçu des soins de santé, et près de 4,2 millions d’enfants ont été vaccinés contre la poliomyélite. Des services de santé spécialisés sont fournis pour venir en aide aux enfants blessés, aux enfants qui vivent avec un handicap et aux enfants les plus vulnérables.
     
  • Plus de 42 000 enfants ont reçu des fournitures scolaires indispensables et environ 164 000 enfants ont eu accès à une éducation grâce au soutien de l’UNICEF. Le travail de l’UNICEF vise à empêcher le système d’éducation de s’effondrer et à veiller à ce que les enfants continuent de bénéficier d’infrastructures, de matériel d’apprentissage et de personnel enseignant.
     
  • Plus de 565 000 enfants, intervenantes et intervenants ont bénéficié d’un soutien psychosocial pour faire face aux traumatismes qu’ils ont subis et pour retrouver une certaine stabilité lorsque l’école n’est pas une option.

Comment la population canadienne peut-elle aider les enfants au Yémen?

Toutes les dix minutes au Yémen, un enfant meurt de causes évitables. Votre don permettra à des enfants de survivre.

  • La somme de 63 $ permet de procurer une trousse familiale de survie alimentaire contenant des aliments thérapeutiques hautement nutritifs pour 69 enfants.
  • La somme de 108 $ permet de procurer 210 sachets de Plumpy’nut, un aliment thérapeutique à teneur élevée en protéines, pour aider 70 enfants à prendre jusqu’à un kilo en une semaine.
  • La somme de 131 $ permet d’approvisionner un centre de traitement de la malnutrition et de procurer des aliments thérapeutiques à 164 enfants.