G7 : l’engagement du Canada en faveur de l’éducation est apprécié, mais ses investissements ne sont pas à la mesure des besoins mondiaux croissants | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content
Mis en ligne : 2021/06/13

Toronto, 13 juin 2021 – UNICEF Canada et les membres du Groupe de travail sur la politique canadienne en matière d’éducation internationale (CIEPWG) se réjouissent de l’engagement du premier ministre Trudeau à s’attaquer à la crise mondiale de l’apprentissage et à remédier à la paralysie des progrès en éducation, une situation exacerbée par la COVID-19. Le CIEPWG salue également le renouvellement de la contribution de 300 millions de dollars du Canada au Partenariat mondial pour l’éducation (PME), dans le cadre d’un engagement conjoint au Sommet des dirigeants du G7 à Carbis Bay. Il a été demandé au Canada d’augmenter son soutien à au moins 500 millions de dollars canadiens afin d’aider le PME à réaliser sa stratégie quinquennale et à répondre aux besoins croissants dans le monde. En décidant de ne pas augmenter sa contribution, le Canada n’adapte pas ses efforts à l’urgence du moment alors que les besoins éducatifs des enfants les plus vulnérables sont plus importants que jamais.

La pandémie dure depuis plus d’un an et plus de la moitié de tous les enfants sont toujours privés d’école. Les filles courent un risque particulièrement élevé de ne jamais retourner en classe. En outre, 250 millions d’enfants et de jeunes, y compris ceux en situation de crise et de conflit, étaient déjà privés d’école avant la pandémie de COVID-19. Dans ce contexte d’urgence mondiale, le Canada a raté l’occasion de faire preuve d’un leadership audacieux en relevant de front ces défis en matière d’éducation.

Les intervenants du milieu canadien de l’éducation craignent particulièrement que l’annonce faite aujourd’hui par le premier ministre Trudeau indique un recul de l’éducation dans les priorités. En 2018, le premier ministre a non seulement doublé l’engagement du Canada envers le PME, mais a également pris des mesures extraordinaires lors du Sommet des dirigeants du G7 de Charlevoix pour faciliter l’accès à une éducation de qualité aux filles vivant dans des situations de crise et de conflit. La Déclaration de Charlevoix proposée par le Canada a permis à des millions de filles d’exercer leur droit à l’éducation leur offrant ainsi de l’espoir et des possibilités. Le CIEPWG a collaboré avec le gouvernement pour assurer la protection des progrès réalisés dans le cadre de la Déclaration de Charlevoix et demande au Canada de respecter sa promesse électorale de 2019 d’accroître ces investissements essentiels.

Tout compte fait, cette annonce est une conséquence de la faiblesse constante des investissements du Canada en matière d’aide internationale qui se trouvent sous la moyenne des investissements de ses pairs. Le CIEPWG est profondément préoccupé par le fait que la stagnation de l’aide canadienne nuit directement à l’accès des enfants à une éducation de qualité.

Il est encore temps de faire plus. Le CIEPWG appuie les efforts continus du Canada dans sa campagne internationale pour l’éducation, Ensemble pour l’apprentissage. Nous demandons au Canada d’accompagner les paroles prononcées aujourd’hui des ressources financières indispensables – et qui ont été promises – pour mettre en œuvre la campagne visant à offrir une éducation de qualité aux enfants et aux jeunes réfugiés et déplacés. Afin de désamorcer cette crise mondiale de l’apprentissage, le gouvernement doit maintenir et accroître ses investissements dans l’éducation internationale dans le cadre de sa réponse mondiale à la COVID, en axant ses efforts sur les plus marginalisés. Les regards se tourneront vers le Canada pour qu’il tienne cette promesse et contribue à bâtir un avenir meilleur où chaque enfant pourra exercer son droit à une éducation inclusive et de qualité, en toute sécurité.

NOTES AUX RÉDACTEURS
Le Groupe de travail sur la politique canadienne en matière d’éducation internationale est une coalition d’organisations de développement international, d’aide humanitaire et de défense des droits qui apportent leur appui aux politiques et aux programmes visant à améliorer l’accès à une éducation, inclusive, de qualité et en toute sécurité pour tous les enfants et tous les jeunes. Il est actuellement coprésidé par Right To Play International et UNICEF Canada.

Les membres du CIEPWG sont CAMFED, la Commission canadienne pour l’UNESCO, Canadian Feed the Children, Canadian Lutheran World Relief, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, CODE, Global Citizen, Grandmothers Advocacy Network (GRAN), ONE Canada, Plan International Canada, Résultats Canada, Right To Play International, Aide à l’enfance Canada, SOS Villages d’Enfants Canada, War Child Canada, UNICEF Canada, Vision Mondiale Canada et Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC).

Remove this and add your HTML markup here.
Mots-clés populaires :

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF est le plus important organisme humanitaire dans le monde axé sur les enfants. Nous travaillons dans les endroits les plus durs du monde pour offrir une protection, des soins de santé, des vaccins, une éducation, des aliments nutritifs, de l’eau potable et des systèmes d’assainissement de l’eau. En tant que membre des Nations Unies, nous sommes présents dans plus de 190 pays et territoires, un rayonnement unique qui nous permet d’être sur le terrain pour aider les enfants les plus défavorisés. Bien que l’UNICEF fasse partie du système des Nations Unies, son travail, qui consiste à sauver des vies, dépend entièrement de contributions volontaires. Visitez unicef.ca et suivez-nous sur Twitter et Facebook.

Renseignements:

Emily O’Connor Responsable des communications 514-288-5134 x8866 / 647-500-4230 EOconnor@unicef.ca

Marie-Claude Rouillard Responsable des communications 514-288-5134 ext – 8425 / 514-232-4510 MRouillard@unicef.ca