Haïti : Une pénurie de carburant en raison de l’insécurité menace la vie des nouveau-nés dans les hôpitaux | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content
Mis en ligne : 2021/10/25

PORT-AU-PRINCE, le 25 octobre 2021 – Aujourd’hui, l’UNICEF sonne l’alarme : des centaines de femmes et d’enfants ayant besoin de soins d’urgences dans les établissements de santé risquent de mourir si une solution à la pénurie de carburant qui sévit en Haïti depuis des semaines en raison de l’insécurité n’est pas trouvée.

Plusieurs hôpitaux du pays ont envoyé des appels au secours directement à l’UNICEF et à ses partenaires par les médias et par les médias sociaux, car ils manquent de carburant pour alimenter leurs générateurs d’électricité et permettre à leurs services d’urgence de répondre efficacement.

« En raison de l’insécurité qui règne à Port-au-Prince, la vie de nombreuses femmes enceintes et de nouveau-nés est en danger parce que les hôpitaux qui devraient être en mesure de leur fournir des soins essentiels à la survie ne peuvent pas fonctionner normalement en raison du manque de carburant. Ils risquent de mourir si les services de santé ne peuvent leur fournir des soins adéquats, » précise Raoul de Torcy, représentant adjoint de l’UNICEF.

En Haïti, le réseau national d’électricité est peu fiable, l’électricité fonctionne par intermittence et se fait rare dans beaucoup de régions du pays. Les pannes d’électricité sont fréquentes et prolongées, et la plupart des hôpitaux dépendent des générateurs à carburant pour maintenir leurs patients en vie, particulièrement les enfants et les femmes enceintes.

Samedi dernier, des médias locaux fiables ont rapporté que la vie de 300 enfants, de 45 femmes en soins de maternité, et de 70 autres adultes, y compris de patients atteints de la COVID-19, est en danger, car deux grands hôpitaux dans la capitale d’Haïti pourraient cesser de fournir des soins dans 72 heures s’ils ne reçoivent pas de carburant immédiatement.

Comme solution d’urgence temporaire, l’UNICEF a conclu un contrat avec un fournisseur local afin de fournir 10 000 gallons (37 850 litres) de carburant aux hôpitaux dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Cependant, en raison de l’insécurité le fournisseur a finalement déclaré qu’il ne pourrait pas transporter le carburant à la capitale d’Haïti ni aux autres provinces, dont le sud-ouest du pays, où 12 200 personnes nécessitent toujours des soins après avoir été blessées pendant le tremblement de terre du 14 août.

Même s’il y a du carburant à certains terminaux de Port-au-Prince, il est maintenant plus difficile de le transporter à travers le pays, car de nombreux camionneurs ne veulent pas parcourir les routes passant dans les zones contrôlées par des gangs de crainte qu’ils soient enlevés et que leur camion soit détourné.

« Aucun enfant ne devrait mourir à cause d’une panne d’électricité. Il est frustrant de voir comment les risques accrus d’enlèvement et de pillage en Haïti menacent la vie des nouveau-nés et des mères, simplement parce que le carburant dont on a besoin ne peut pas être livré aux hôpitaux en raison de l’insécurité grandissante », se désole M. de Torcy.

Plus de 150 patients atteints de la COVID-19 hospitalisés et ayant besoin de soins d’urgences sont particulièrement à risque, parce que sans le carburant pour alimenter les générateurs d’électricité, il est impossible de leur fournir de l’oxygène dans les hôpitaux qui ne sont pas équipés de panneaux solaires. Le 19 octobre, 23 619 cas de COVID-19 et 662 décès ont été rapportés en Haïti.

L’UNICEF apporte son soutien au ministère de la Santé en fournissant aux hôpitaux du carburant et de l’oxygène lorsque nécessaire. Il a également installé plus de 900 réfrigérateurs solaires dans des établissements de santé afin de maintenir les vaccins à une température adéquate. Toutefois, les panneaux solaires ne peuvent aider tous les services d’urgences dans les hôpitaux.

L’insécurité et la crise du carburant ont aussi eu des conséquences pour les opérations humanitaires, car le coût de transport des fournitures d’urgence a augmenté, et le délai de livraison est devenu beaucoup plus long. La Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement d’Haïti, DINEPA, ne peut exploiter sa capacité de pompage à un niveau optimal, ce qui a réduit les provisions d’eau dans les maisons, les écoles et les établissements de santé.

L’UNICEF exhorte tous les intervenants à s’abstenir d’utiliser la violence pour répandre l’insécurité et la peur et mettre en danger la vie des femmes et des enfants, dont celles et ceux qui se font soigner dans les établissements de santé. L’UNICEF fait appel au gouvernement d’Haïti pour qu’il agisse afin de rétablir la sécurité et de donner l’accès aux services de base sans restrictions.

Remove this and add your HTML markup here.
Mots-clés populaires :

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF est le plus important organisme humanitaire dans le monde axé sur les enfants. Nous travaillons dans les endroits les plus durs du monde pour offrir une protection, des soins de santé, des vaccins, une éducation, des aliments nutritifs, de l’eau potable et des systèmes d’assainissement de l’eau. En tant que membre des Nations Unies, nous sommes présents dans plus de 190 pays et territoires, un rayonnement unique qui nous permet d’être sur le terrain pour aider les enfants les plus défavorisés. Bien que l’UNICEF fasse partie du système des Nations Unies, son travail, qui consiste à sauver des vies, dépend entièrement de contributions volontaires. Visitez unicef.ca et suivez-nous sur Twitter, Instagram et Facebook.

Renseignements:

Laurence Bodjrenou
Responsable en chef des communications
lbodjrenou@unicef.ca
514 288-5134 ext 8426 / 514-232-4510

Emily O’Connor
Responsable des communications
EOconnor@unicef.ca
514 288-5134 ext 8866 / 647-500-4230