Les Nations Unies lancent un plan mondial conjoint d’intervention humanitaire pour lutter contre la pandémie de COVID-19 | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content
Mis en ligne : 2020/03/25

TORONTO, le 25 mars 2020 – Le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a lancé aujourd’hui un plan mondial coordonné d’intervention humanitaire de deux milliards de dollars pour lutter contre la COVID-19 dans certains des pays les plus vulnérables du monde afin de protéger des millions de personnes et d’empêcher le virus de circuler à nouveau dans le monde.

Au cours des dernières semaines, la COVID-19 a bouleversé la vie des populations du monde entier, en particulier des enfants. Des centaines de millions d’enfants ne sont pas à l’école. Des parents et des proches aidants ont perdu leur emploi. Les frontières ont été fermées.

« Le travail de l’UNICEF qui est essentiel à la survie des enfants n’a jamais été aussi primordial. Notre portée mondiale et notre expertise dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, de la santé, de l’alimentation et de l’éducation nous donnent la capacité de coordonner avec les gouvernements un plan de lutte efficace contre la COVID-19. Alors que les pays font face au nouveau coronavirus, les personnes les plus vulnérables, en particulier les nouveau-nés et les enfants, seront les plus durement touchées. Leur besoin d’aide n’a jamais été aussi critique », a déclaré David Morley, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada.

L’UNICEF demande expressément 651,6 millions de dollars US en appui à son plan mondial d’intervention humanitaire pour protéger les enfants les plus vulnérables du monde entier en :

  • renforçant les plans de préparation et d’intervention dans les pays où les systèmes de santé sont plus faibles;
  • augmentant l’accès aux postes de lavage des mains et aux services d’assainissement et d’hygiène;
  • transmettant aux communautés les renseignements dont elles ont besoin pendant la pandémie;
  • maintenant un flux constant d’équipements de protection individuelle, comme des blouses, des masques, des lunettes et des gants, pour appuyer la prévention et le contrôle des infections tout en assurant la sécurité des travailleuses et des travailleurs essentiels de la santé mis à rude contribution;
  • travaillant en collaboration avec les gouvernements pour renforcer les services de protection, les services de soutien psychosocial et les possibilités d’apprentissage à distance pour tous les enfants et en particulier pour les plus vulnérables.

« Les enfants sont les victimes cachées de la pandémie de COVID-19. Le confinement et les fermetures d’écoles nuisent à leur éducation, à leur santé mentale et à leur accès aux services de santé de base. Les risques d’exploitation et de mauvais traitements sont plus élevés que jamais, tant pour les garçons que pour les filles. Les conséquences pour les enfants déplacés ou en pleine zone de conflit ne ressembleront en rien à ce que nous avons déjà vu. Nous ne devons pas les laisser tomber », a expliqué la directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore.

Se laver les mains au savon est essentiel dans la lutte contre la COVID-19. Pourtant, 40 pour cent de la population mondiale, soit trois milliards de personnes, n’ont pas de lavabo avec de l’eau et du savon à domicile.

Pire encore, un établissement de santé sur six manque de services d’hygiène. Plus d’un tiers des écoles dans le monde et la moitié de celles dans les pays les moins développés n’ont aucun endroit où les enfants peuvent se laver les mains.

Plus de la moitié des élèves dans le monde ont été touchés par des fermetures d’écoles à l’échelle nationale dans au moins 120 pays. Plus les enfants vulnérables resteront en dehors de l’école, moins ils seront susceptibles d’y revenir.

Ces fermetures limitent non seulement l’accès à l’apprentissage, mais aussi aux programmes de santé et de repas scolaires, à l’eau potable et aux informations fiables. 

Lorsque les écoles sont fermées, que les emplois sont perdus et que les déplacements sont limités, les enfants se trouvent exposés à un risque accru d’exploitation, de violence et de mauvais traitements. Les fermetures d’écoles pendant l’épidémie du virus Ebola en Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 ont donné lieu à de nettes augmentations du travail des enfants, des cas de négligence, des sévices sexuels et des grossesses chez les adolescentes.

Des millions d’enfants sont déplacés ou vivent dans des régions en guerre. Les conséquences de cette pandémie seront terribles pour ces derniers. Ces enfants vivent dans des conditions de surpopulation, souvent dans des zones de guerre active, avec un accès limité voire inexistant aux soins de santé. Six, huit, dix ou douze membres d’une même famille vivent dans une seule et même pièce. L’auto-isolement et le lavage des mains au savon ne seront pas faciles dans de telles conditions.

La COVID-19 aura des effets directs sur la santé mentale de tous les enfants. Les enfants et les jeunes passent à côté de certains des meilleurs moments de leur jeune vie, comme discuter entre amis, participer en classe et pratiquer des sports. Ils sont privés de leur droit d’avoir une enfance. Cela augmente l’anxiété, la dépression et peut entraîner des changements de comportement.

UNICEF Canada incite la population canadienne à s’assurer que le meilleur intérêt de chaque enfant au Canada et dans le monde reste une priorité. Les enfants seront les plus touchés par les conséquences immédiates et secondaires de l’épidémie de COVID-19 et ils auront besoin de notre aide pour survivre et s’épanouir.

                                                      - 30 -

Remove this and add your HTML markup here.
Mots-clés populaires :

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF est le plus important organisme humanitaire dans le monde axé sur les enfants. Nous travaillons dans les endroits les plus durs du monde pour offrir une protection, des soins de santé, des vaccins, une éducation, des aliments nutritifs, de l’eau potable et des systèmes d’assainissement de l’eau. En tant que membre des Nations Unies, nous sommes présents dans plus de 190 pays et territoires, un rayonnement unique qui nous permet d’être sur le terrain pour aider les enfants les plus défavorisés. Bien que l’UNICEF fasse partie du système des Nations Unies, son travail, qui consiste à sauver des vies, dépend entièrement de contributions volontaires. Visitez unicef.ca et suivez-nous sur Twitter et Facebook.

Renseignements:

Emily O’Connor Responsable des communications 514-288-5134 x8866 / 647-500-4230 EOconnor@unicef.ca