Selon un nouveau rapport de l’ODI et de l’UNICEF, les prestations universelles pour enfants sont essentielles pour réduire la pauvreté | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content
Mis en ligne : 2020/06/16

NEW YORK/TORONTO, le 17 juin 2020 – Selon un nouveau rapport de l’UNICEF et de l’Overseas Development Institute, les prestations universelles pour enfants, comme les paiements en espèces ou les transferts fiscaux inconditionnels, sont essentielles pour lutter contre la pauvreté des enfants.

Le rapport indique que, dans 15 pays à revenu élevé, le versement de prestations universelles pour enfants a entraîné à lui seul une réduction de cinq pour cent, en moyenne, de la pauvreté des enfants. Il est également prouvé que les prestations universelles pour enfants améliorent le bien-être général de ces derniers, leur santé, leur éducation, leur sécurité alimentaire, leur productivité, et leur capacité de contribuer à leur société et son économie à l’âge adulte.

« L’Allocation canadienne pour enfants (ACE) représente une augmentation substantielle des prestations de revenu axées sur l’enfant, ce qui permet aujourd’hui à plus d’enfants de sortir de la pauvreté. L’investissement du Canada est cependant médiocre comparativement à d’autres pays riches. Un plus grand nombre d’enfants pourraient s’enfoncer encore davantage dans la pauvreté dans le sillage de la pandémie de COVID-19. Le gouvernement du Canada peut réimaginer l’enfance en augmentant, comme promis lors des dernières élections fédérales, l’ACE pendant la première année déterminante de la vie, période où la pauvreté peut avoir les conséquences les plus graves. Chaque enfant a le droit de grandir à l’abri de la pauvreté », a déclaré David Morley, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada.

Le rapport, intitulé Universal Child Benefits: Policy Issues and Options, souligne que l’ACE néglige de nombreux enfants vulnérables au Canada. Par exemple, environ dix pour cent des familles admissibles n’ont pas eu recours à leur droit, car elles n’étaient pas en mesure de produire leurs déclarations de revenus, en particulier celles qui vivent dans des régions éloignées ou dans des réserves.

« Investir dans les enfants change non seulement leur vie, mais génère aussi des dividendes élevés pour leur communauté et l’ensemble de la société. Alors que les répercussions économiques liées à la COVID-19 menacent d’effacer des années de progrès dans la réduction de la pauvreté, les prestations universelles pour enfants sont aujourd’hui plus que jamais essentielles. Elles peuvent empêcher les familles vulnérables de sombrer plus profondément dans la pauvreté et les privations, et peuvent protéger les pays contre les effets socioéconomiques catastrophiques », a déclaré Henrietta Fore, la directrice générale de l’UNICEF.

Le rapport souligne que des prestations universelles en espèces accordées aux enfants dans les pays à revenu intermédiaire à un coût d’à peine un pour cent du PIB entraîneraient une baisse de 20 pour cent de la pauvreté dans l’ensemble de la population. Pourtant, ces prestations n’existent que dans un pays sur dix dans le monde.

L’universalisation des prestations réduit les risques souvent associés aux essais de restrictions budgétaires, au cours desquels certaines familles dans le besoin se retrouvent sans aide financière, notamment en raison d’erreurs d’exclusion. L’universalisation des programmes de protection sociale, comme les transferts monétaires ou les transferts fiscaux, contribue également à éliminer la stigmatisation associée aux régimes de prestations.

« Les prestations universelles pour enfants jouent un rôle essentiel dans la réduction de la pauvreté tout en favorisant la cohésion sociale et le soutien public pour la protection sociale. Dans les pays où les allocations familiales universelles sont bien établies, ces dernières constituent une pierre angulaire des systèmes nationaux de politique sociale et s’avèrent efficaces pour accroître la protection sociale en situation de crise », explique Sara Pantuliano, la directrice générale d’ODI.

Francesca Bastagli, auteure principale du rapport et directrice de l’équité et de la politique sociale chez ODI, ajoute : « Dans la pratique, les pays ont obtenu une couverture démographique élevée, ou des prestations universelles complètes pour enfants, en suivant différentes approches. La réalisation progressive est courante, au moyen d’un processus itératif nécessitant l’adoption d’une législation et d’une réglementation visant lesdites prestations, la consolidation des capacités administratives et financières, et le renforcement du soutien politique et public en faveur des prestations universelles. »

Plus important encore, le rapport indique que les programmes de transferts monétaires n’entraînent généralement pas une réduction de la participation au travail rémunéré au sein de la population en âge de travailler. Les transferts monétaires permettent plutôt aux familles de trouver un équilibre entre les exigences de l’emploi et les besoins de leur famille.

Le rapport indique clairement que l’élargissement de la couverture des régimes de prestations pour les enfants et les familles nécessite un établissement des priorités nationales et une solidarité internationale en matière de financement, en particulier pour les pays à faible revenu aux prises avec une forte population et des budgets plus restreints en raison de la COVID-19. Il souligne également que les prestations universelles pour enfants doivent être appuyées par des systèmes exhaustifs de protection sociale et des services sociaux de qualité, notamment des services de soins de santé, d’éducation, et de garde et de développement du jeune enfant.

Le rapport met également en évidence les voies à suivre pour obtenir la couverture universelle, y compris les moyens par lesquels les pays à faible revenu peuvent mettre en place des transferts pour les jeunes enfants et élargir l’universalité à tous les groupes d’âge. Des mesures, comme l’adoption de lois et de règlements politiques, la consolidation des capacités administratives et financières et le renforcement du soutien politique et public envers ce programme, sont toutes essentielles à la réalisation des prestations universelles pour enfants.

- 30 -
 

Notes aux rédactrices et rédacteurs en chef :

Lisez le rapport au https://www.unicef.org/reports/universal-child-benefits-2020.

À propos de l’Overseas Development Institute

L’ODI est un groupe de réflexion mondial indépendant qui œuvre pour un monde durable et pacifique dans lequel chaque personne s’épanouit. Nous exploitons le pouvoir des preuves et des idées grâce à la recherche et aux partenariats pour relever les défis, trouver des solutions et engendrer le changement.

Pour en savoir plus sur les études de l’ODI, veuillez visiter www.odi.org.

 

Remove this and add your HTML markup here.
Mots-clés populaires :

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF est le plus important organisme humanitaire dans le monde axé sur les enfants. Nous travaillons dans les endroits les plus durs du monde pour offrir une protection, des soins de santé, des vaccins, une éducation, des aliments nutritifs, de l’eau potable et des systèmes d’assainissement de l’eau. En tant que membre des Nations Unies, nous sommes présents dans plus de 190 pays et territoires, un rayonnement unique qui nous permet d’être sur le terrain pour aider les enfants les plus défavorisés. Bien que l’UNICEF fasse partie du système des Nations Unies, son travail, qui consiste à sauver des vies, dépend entièrement de contributions volontaires. Visitez unicef.ca et suivez-nous sur Twitter et Facebook.

Renseignements:

Emily O’Connor Responsable des communications 514-288-5134 x8866 / 647-500-4230 EOconnor@unicef.ca