Le pouvoir des vaccins | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content

Billet de blogue par Pavel Zmey, Nina Sorokopud et Adrian M. Brune pour l’UNICEF.

L’éruption cutanée ne se manifeste habituellement que plusieurs jours après l’apparition des autres symptômes – toux, fièvre et mal de gorge – mais, à ce moment-là, le virus est présent dans l’organisme depuis presque deux semaines. En quelques heures, l’éruption couvrira le corps entier et durera encore une autre semaine. Il n’y a pas de remède contre la rougeole – elle demeure l’une des maladies les plus graves chez les enfants âgés de moins de cinq ans.

Depuis 2017, plus de 100 000 personnes ont contracté la rougeole en Ukraine, et 15 personnes – dont six enfants – sont décédées jusqu’à maintenant en 2019. L’épidémie a alimenté les inquiétudes concernant le faible taux de vaccination au pays, qui est causé par la désinformation et une pénurie de vaccins au cours des années précédentes. La rougeole est extrêmement contagieuse; on estime que 90 % des personnes non vaccinées qui s’approchent d’une personne atteinte de la rougeole la contractent également.

Aidez à garder les enfants en bonne santé et à les protéger des effets des maladies potentiellement mortelles. Offrez la santé en cadeau grâce aux Cadeaux de survie d’UNICEF Canada.

UN0301426_0.jpg
[© UNICEF/UN0301426/Zmey]

Olena Kudryashova et sa fille Maya, âgée de 17 mois, font une promenade dans les rues de Kiev, où elles vivent. Elles ont toutes deux contracté la rougeole en 2018. Olena a été infectée en premier, puis a transmis la maladie à sa fille. Aujourd’hui, Olena préconise la vaccination le plus tôt possible.

« La vaccination, tout comme la politique ou la religion, ne laisse personne indifférent », affirme-t-elle. « Mais.... il n’y a rien à débattre en ce qui a trait à la vaccination. Il est absurde de nier son efficacité. »

UN0301279_0.jpg
[© UNICEF/UN0301279/Zmey]

« Il est facile d’être contre la vaccination lorsque nous n’avons pas d’enfants », admet Inna Onyshchenko, une blogueuse sur Facebook très populaire auprès des mères de jeunes enfants en Ukraine.

Avant de devenir mère, Inna dénonçait ouvertement la vaccination. Quand elle est tombée enceinte, elle a changé d’avis. Aujourd’hui, sa fille Zoryana, âgée de trois ans, a reçu tous ses vaccins et Inna parle de son expérience sur son blogue, afin de briser les mythes entourant la vaccination.

UN0301285_0.jpg
[© UNICEF/UN0301285/Zmey]

« Les problèmes liés à la vaccination... sont dus à la mauvaise communication entre les médecins et les patients », explique Maryana Voznytsya, médecin en chef à l’hôpital spécialisé pour enfants de Lviv, en Ukraine.

Elle ajoute que son hôpital doit faire face aux conséquences des échecs d’autres médecins en matière de vaccination. Au cours des dernières années, l’hôpital a admis six cas de tétanos, une maladie que de nombreux médecins n’avaient jamais été appelés à traiter.

« Tout le monde devrait savoir que les médecins et les patients partagent les mêmes intérêts dans la lutte contre les maladies. »

UN0301273.jpg
[© UNICEF/UN0301273/Zmey]

Svitlana Ovdiy joue avec son fils Kyrylo, un petit garçon âgé de trois ans qui a survécu au tétanos, près de leur maison en périphérie de Kyiv. L’infection a plongé Kyrylo dans un coma artificiel et il a été hospitalisé pendant 50 jours.

« Quand il a entendu ma voix... il s’est mis à pleurer, à appeler à l’aide, mais je n’ai rien pu faire de plus », se rappelle Svitlana. « Maintenant, la vaccination est une priorité absolue dans notre famille. »

UN0301284.jpg
[© UNICEF/UN0301284/Zmey]

« Plus nous parlerons ouvertement de la vaccination, plus les parents nous feront confiance, parce qu’ils se rendent compte qu’il n’y a rien à craindre », affirme Ivanna Knysh, photographiée après avoir vacciné trois enfants en Ukraine occidentale.

Jusqu’à récemment, Ivanna, qui est infirmière, travaillait dans un établissement de soins de santé à Novoselytsya, une ville où 100 % des enfants ont été vaccinés grâce à ses efforts. Maintenant formatrice en matière de vaccination certifiée par l’UNICEF, Ivanna encourage activement les médecins à dissiper les craintes des parents en leur expliquant mieux la procédure.

UN0301270.jpg
[© UNICEF/UN0301270/Zmey]

Anna Kravchuk est étudiante à l’université et fait partie d’une fratrie de six enfants. Elle n’avait pas été vaccinée quand l’épidémie de rougeole a éclaté. Bon nombre de ses amis à l’école ont contracté la maladie et l’un d’entre eux est décédé. Après s’être fait vacciner, Anna a convaincu sa mère de vacciner ses plus jeunes sœurs.

« On me demande parfois des conseils médicaux », dit-elle. « Étant seulement à la première année de mes études, je ne connais pas tout, mais en ce qui concerne la vaccination, je peux affirmer sans conteste qu’il s’agit d’une nécessité. C’est une obligation. »

UN0301276.jpg
[© UNICEF/UN0301276/Zmey]

Après que son fils cadet a contracté la varicelle, Igor Sukhomlyn, restaurateur et leader d’opinion à Kiev, n’était pas prêt à prendre le moindre risque. Lui et sa femme ont immédiatement fait vacciner les autres membres de la famille contre la varicelle, et personne d’autre n’est tombé malade.

« La vaccination est une réalisation scientifique d’une grande valeur », affirme Igor, photographié ci-dessus avec sa femme et ses enfants devant son restaurant.

Offrez la santé en cadeau dès aujourd’hui.


Mots-clés populaires :
Région géographique :