Le Canada se place dans le tiers inférieur du classement des pays riches selon un nouveau rapport sur le bien-être des enfants : UNICEF | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content
Mis en ligne : 2020/08/31

TORONTO, le 2 septembre 2020 – Selon un nouveau rapport publié aujourd’hui, l’enfance est en crise au Canada. Le Bilan Innocenti 16 par UNICEF, qui évaluent la situation des enfants et des jeunes âgés de moins de 18 ans dans les pays riches, avaient classé le Canada à la 30e place sur 38 pays juste avant la pandémie.  

Le rapport signale que même avant la pandémie de COVID-19, les pays les plus riches du monde ne parvenaient pas à assurer que tous les enfants puissent bénéficier d’une belle enfance. La chute du PIB, la hausse de la pauvreté des enfants, les conséquences des politiques de confinement et les effets de la pandémie sur les systèmes scolaires et de santé sont autant de facteurs liés à la pandémie qui pourraient faire que la crise de la COVID-19 devienne une crise mondiale des droits de l’enfant.

Le document canadien d’accompagnement du Bilan Innocenti 16 de l’UNICEF, intitulé Aux antipodes, indique qu’avant la pandémie, le Canada était parmi les pays ayant les meilleures conditions économiques, environnementales et sociales pour bien grandir, mais qu’il affichait les moins bons résultats pour les enfants et les jeunes.

« Au Canada, les enfants sont aux antipodes les uns des autres en raison d’importantes inégalités, et aussi aux antipodes des enfants les plus heureux et en meilleure santé des pays riches. », explique David Morley, président et chef de la direction d’UNICEF Canada. « L’amélioration du bien-être des enfants et des jeunes au Canada est une question de volonté politique : si les gouvernements veulent améliorer l’enfance de 8 millions d’enfants au Canada, ils ont les moyens de la faire. Pour obtenir de meilleurs résultats, le Canada a besoin de politiques publiques plus ambitieuses qui défendent le droit d’avoir une enfance. »

UNICEF Canada demande au parlement et aux différentes législatures de protéger les enfants et les jeunes des répercussions de la COVID-19 en investissant davantage dans des politiques publiques ambitieuses appuyant les enfants et les familles, comme en ce qui a trait aux prestations de revenus, aux services de garde et d’éducation pour la petite enfance, à la distribution d’aliments nutritifs à l’école, au congé parental, et à la mise en œuvre du plan Spirit Bear.

Les divers paliers de gouvernement au Canada dépensent actuellement moins pour les enfants et leurs familles que la plupart des pays riches. Le taux de dépenses dans les pays les plus riches est de 2,38 % du PIB. Le Canada est largement à la traîne, avec seulement 1,68 % de son PIB.

Notre organisme recommande également au gouvernement du Canada de mieux tenir compte de la situation des enfants et des jeunes et des perspectives qui leur sont offertes, en mettant en place un Commissaire fédéral à l’enfance et à la jeunesse, en abaissant l’âge de vote et en menant une Évaluation des répercussions sur les enfants de toutes les lois et politiques en vigueur.

« Il est bien difficile d’être jeune en ce moment. On a l’impression que tout nous rappelle sans cesse que personne ne se soucie de notre avenir : ni notre gouvernement ni les générations qui nous ont précédés et certainement pas notre système politique », confie Rayne Fisher-Quann, 18 ans. « Nous nous défendons avec acharnement pour avoir la possibilité de choisir notre avenir. Nous sommes fatigués d’attendre et nous avons besoin que vous nous aidiez ».

Le classement du Canada au 30e rang des pays riches en ce qui a trait aux résultats sur le bien-être des enfants est fondé sur des indicateurs de santé mentale et de sentiment de bien-être (31e), de survie et de santé physique (30e), et de réussite scolaire et de développement de compétences (18e). Le Bilan évalue également les politiques publiques du Canada et constate que pour chaque politique qui soutient de meilleurs résultats, plus équitables, le Canada est loin derrière les pays les plus performants en la matière.

C’est dans la réduction de la pauvreté des enfants et du nombre de jeunes exclus des systèmes d’éducation, du marché de l’emploi et de la formation que le Canada a fait le plus de progrès, cependant il y a encore de grandes disparités. Par contre, le Canada se situe en bas du tableau de classement pour ce qui est de la survie de l’enfant (y compris le suicide chez les jeunes et la mortalité infantile), la santé (y compris la vaccination et le poids malsain) et la satisfaction générale des enfants à l’égard de la vie.

Principaux résultats du Bilan Innocenti 16 pour les enfants et les jeunes au Canada :

La situation des enfants et des jeunes au Canada :

  • Près d’un jeune sur 3 ne possède pas les compétences de base en lecture et en mathématiques à l’âge de 15 ans; 13e rang
  • 26 % des jeunes ont du mal à se faire des amis; 23e rang
  • Le taux de mortalité infantile au Canada est de 0,98 décès pour 1000 naissances; 28e rang
  • Près d’un enfant sur 4 a un faible degré de satisfaction à l’égard de la vie; 28e rang
  • Près d’un enfant sur 3 est en surpoids ou obèse; 29e rang
  • Le Canada affiche l’un des taux les plus élevés de suicide chez les adolescentes et les adolescents; 35e rang

Politiques relatives aux enfants et à la jeunesse au Canada :

  • Le Canada se situe au 19e rang quant au nombre d’enfants inscrits au préscolaire un an avant l’entrée à l’école primaire.
  • 6 % des jeunes âgés de 15 à 19 ans ne sont ni en emploi, ni à l’école, ni en formation (NEET); 20e rang.  
  • 7 % des bébés présentent une insuffisance pondérale à la naissance; 21e rang
  • Le Canada se classe au 24e rang pour ce qui est du caractère satisfaisant des congés parentaux;
  • Près d’un enfant sur cinq vit dans la pauvreté; 26e rang  
  • 87 % des enfants sont vaccinés contre la rougeole, ce qui est inférieur au seuil de protection de 95 %.

                                                     -30-

À propos de l’initiative Une jeunesse d’UNICEF Canada

L’objectif de l’initiative Une jeunesse d’UNICEF Canada est de faire du Canada le meilleur endroit au monde où grandir. En tant qu’organisme mondial des Nations Unies au service des enfants, l’UNICEF s’est efforcé d’améliorer les conditions de vie de chaque enfant sur la planète depuis plus de 70 ans, et a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. L’initiative Une jeunesse d’UNICEF Canada étend sa mission au Canada, en élaborant des nouvelles normes pour mesurer le bien-être des enfants et des jeunes, en trouvant des solutions pour faire face aux défis à relever, en faisant des recommandations en matière de politiques, et en invitant les Canadiennes et les Canadiens à défendre les droits des enfants.

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour organiser des entrevues, veuillez communiquer avec :
Emily O’Connor
Responsable des communications, UNICEF Canada

eoconnor@unicef.ca
Tél. : +1 416 482 4444 poste 8866 | +1 647 500 4230

Remove this and add your HTML markup here.
Mots-clés populaires :

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF est le plus important organisme humanitaire dans le monde axé sur les enfants. Nous travaillons dans les endroits les plus durs du monde pour offrir une protection, des soins de santé, des vaccins, une éducation, des aliments nutritifs, de l’eau potable et des systèmes d’assainissement de l’eau. En tant que membre des Nations Unies, nous sommes présents dans plus de 190 pays et territoires, un rayonnement unique qui nous permet d’être sur le terrain pour aider les enfants les plus défavorisés. Bien que l’UNICEF fasse partie du système des Nations Unies, son travail, qui consiste à sauver des vies, dépend entièrement de contributions volontaires. Visitez unicef.ca et suivez-nous sur Twitter et Facebook.

Renseignements:

Emily O’Connor Responsable des communications 514-288-5134 x8866 / 647-500-4230 EOconnor@unicef.ca