Skip to main content
UNICEF Canada logo Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie des premières personnes à être au courant lorsqu’une situation d’urgence survient et que les enfants ont besoin d’aide immédiatement. Vous recevrez aussi des mises à jour régulières sur les programmes de l’UNICEF à l’échelle mondiale.

Protéger les enfants contre le trafic d’êtres humains

child trafficking victim.jpg

Qu’est-ce que le trafic d’enfants?

Le trafic d’enfants désigne le recrutement, le déplacement, l’hébergement ou la réception d’enfants à des fins d’exploitation. Les droits de l’enfant sont au cœur de tout ce que nous faisons à l’UNICEF. Le trafic d’êtres humains viole ces droits et prive les enfants de la capacité de réaliser pleinement leur potentiel.

Cette forme de mauvais traitement profite généralement aux trafiquants d’une manière ou d’une autre, que ce soit par un gain financier, social ou politique. Le trafic d’enfants est accompagné de mauvais traitements. Les enfants qui en sont l’objet endurent des horreurs, et, même après avoir été secourus, les conséquences sur leur vie sont permanentes et dévastatrices.

Types de trafic d’enfants

Le trafic d’enfants peut être perpétré aux fins :

  • de travail forcé;
  • d’exploitation sexuelle;
  • de mariage d’enfants.

Les personnes impliquées dans le trafic d’enfants répondent généralement aux demandes d’industries, comme les ateliers de fabrication, l’agriculture et les services domestiques. Cela signifie que ce crime comporte de nombreux niveaux : les personnes impliquées vont des trafiquants jusqu’aux propriétaires d’entreprise, en passant par les complices de ces violations des droits.

Les statistiques sur le trafic des enfants ne nous disent pas tout

Chaque année, beaucoup de cas de victimes du trafic d’êtres humains ne sont pas rapportés, ce qui rend difficile d’évaluer l’ampleur de ce fléau. Un rapport publié en 2002 par l’Organisation internationale du Travail estimait que jusqu’à 1,2 million d’enfants étaient victimes du trafic d’êtres humains chaque année. Un grand nombre de ces enfants sont cachés des autorités nationales et des organisations œuvrant pour contrer le trafic d’êtres humains. Plusieurs victimes restent silencieuses, car elles craignent les représailles des trafiquants, ou même leur propre emprisonnement ou déportation pour avoir participé à des crimes. Un récent rapport de l’UNICEF montre que, de 2012 à 2014, plus de 60 000 cas d’enfants victimes de trafic d’êtres humains ont été identifiés dans 100 pays et régions. Évidemment, il est fort probable que ce nombre soit encore plus élevé. Aucun pays n’est protégé contre le trafic d’enfants. Un nombre inconcevable de victimes continue de souffrir.

Dans plusieurs cas, des migrants désespérés paient des trafiquants afin de se rendre de façon sécuritaire dans un autre pays : ces trafiquants profitent alors de ces personnes vulnérables pour en abuser et les forcer à se prostituer ou à se marier. Si ces jeunes victimes arrivent bel et bien en Europe, elles sont souvent endettées, ce qui les expose à des risques additionnels.

syrian refugee boy.jpg

Lorsque les premières bombes aériennes ont frappé le quartier de Mohammad en Syrie, il jouait dehors avec ses amis. Le lendemain, des bombes sont tombées devant sa maison et ont forcé sa famille à fuir en Jordanie. Des témoignages puissants racontant le violent conflit au Soudan du Sud, les agressions sexuelles en Espagne et le trafic d’enfants au Pakistan mettent en évidence une épidémie de violence qui frappe les enfants aux quatre coins du monde. L’UNICEF a rédigé à partir de ces témoignages une lettre collective à l’intention des dirigeantes et dirigeants mondiaux leur demandant de mettre fin aux mauvais traitements généralisés, et de transformer les promesses écrites en un changement réel pour les enfants.

Où et comment cela se produit-il? Quelles en sont les causes?

Plus de la moitié des enfants qui sont victimes du trafic d’êtres humains traversent des frontières. Les jeunes enfants migrants et réfugiés peuvent quitter leur domicile pour échapper à la violence et chercher un avenir plus prometteur, mais, en faisant cela, ils deviennent extrêmement vulnérables à la traite et à l’exploitation.

Les trafiquants exploitent les vulnérabilités des enfants en déplacement et les attirent en leur promettant une vie meilleure, un emploi correct, ou simplement un abri et de la nourriture. Ces personnes peuvent tout aussi bien être des passeurs, des miliciens et miliciennes, ou même des membres de la police.

Les personnes qui font du trafic d’êtres humains n’ont qu’un seul objectif : faire de l’argent. Le trafic d’êtres humains est une entreprise prospère qui génère des milliards de dollars tout en détruisant des vies dans le monde entier.

rohingya refugee boy.jpg

Le district de Cox’s Bazar est l’un des plus vulnérables du Bangladesh. Les enfants rohingyas, en particulier les filles, risquent d’être victimes du trafic d’êtres humains, car différents groupes de trafiquants sont actifs dans la région. Beaucoup d’autres enfants qui ont besoin d’aide et de protection restent dans les régions du nord de l’État de Rakhine. Ces régions sont ravagées par la violence.

Le trafic d’êtres humains est prospère là où des enfants sont coincés et désespérés

L’histoire de Joy

À l’âge de 17 ans, la jeune Joy a été victime du trafic d’êtres humains au Nigeria et a été forcée de se prostituer en Italie. Une proxénète l’a attirée en lui promettant un emploi et une vie meilleure. Voici son histoire.

Qui est le plus à risque?

Les enfants migrants, réfugiés et en déplacement sont les plus exposés au risque d’être victimes du trafic d’êtres humains. Les passages méditerranéens, en particulier, comptent parmi les voies de migration les plus dangereuses connues aujourd’hui. Soixante-dix-sept pour cent des enfants réfugiés qui empruntent la route de la Méditerranée centrale ont signalé des cas directs de mauvais traitements, d’exploitation ou de pratiques considérées comme du trafic d’êtres humains.

Les plus vulnérables sont généralement des jeunes qui voyagent seuls, en particulier ceux et celles originaires de l’Afrique subsaharienne, et qui n’ont peu ou pas d’instruction.

L’histoire de Pati


Que fait l’UNICEF pour prévenir le trafic d’enfants et aider ceux et celles qui en ont été victimes?

unicef staff helping children.jpg

L’UNICEF travaille en collaboration directe avec les gouvernements afin de soutenir et de renforcer les lois, les politiques et les services relatifs aux normes du travail et au trafic d’enfants.

La protection des enfants qui sont l’objet du trafic d’êtres humains nécessite des méthodes pour les repérer, les mettre en sécurité et leur procurer les services et les ressources dont ils ont besoin pour se réinsérer dans la communauté. Cela comprend des services sociaux, des soins de santé, un soutien psychosocial, ainsi que la réintégration ou la réunification familiale et communautaire. L’UNICEF forme et travaille avec des spécialistes qui travaillent eux-mêmes avec des enfants, des travailleuses et des travailleurs sociaux, des travailleuses et des travailleurs de la santé, la police, ainsi que des agentes et agents des services frontaliers, afin qu’ils puissent toutes et tous lutter efficacement contre le trafic d’êtres humains.

Vous voulez soutenir le travail de l’UNICEF contre le trafic d’enfants?

Vous pouvez :

Dernière mise à jour : 12 fév, 2018