Palu : apprendre à réunir des familles | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content

Vivant dans un camp pour personnes déplacées avec des dizaines d’autres familles, Chi Ramadhani s’est trouvée à la croisée des chemins. Après qu’un tremblement de terre eut endommagé sa maison à Palu, elle s’est sentie obligée de rester avec sa famille et de prendre soin de son bébé, mais en tant que travailleuse sociale, elle savait que des milliers de personnes sur l’île avaient besoin de son aide.

« J’éprouvais une obligation morale de soutenir ma communauté. Je me sentais bénie d’être encore en vie », dit-elle en faisant référence à ses amis qui vivaient dans des zones détruites.

palu2.jpg
Chi Ramadhani faisait partie de l’équipe chargée de chercher les enfants portés disparus après un tremblement de terre survenu en 2018 dans la province du centre des Célèbes. [©UNICEF Indonesia/2019/Arimacs Wilander]

Après une série de tremblements de terre sur l’île des Célèbes, en Indonésie, environ 300 enfants ont été séparés de leur famille et étaient non accompagnés, sans oublier que 118 autres étaient portés disparus. Une équipe composée de trois travailleuses sociales et d’un travailleur social de la province a été chargée de retrouver ces enfants et de les réunir avec leur famille.

Selon le travailleur social Robby Saputra, la recherche et la réunification des familles ont constitué les aspects les plus difficiles de leur travail après le séisme. « C’était une situation nouvelle qui ne s’était jamais produite auparavant. Un grand nombre de cas ont été signalés », explique-t-il. De plus, beaucoup d’enfants déplacés ont migré et étaient déjà partis lorsque les travailleurs sociaux sont arrivés sur les lieux.

La gravité de la situation a été extrêmement stressante pour l’équipe. « Les rencontres avec les parents qui avaient signalé la disparition de leurs enfants étaient difficiles. Parfois, nous n’avions pas de nouvelles informations sur l’emplacement de leurs enfants, et nous nous sentions inutiles », explique Chi.

palu1.jpg
Chi (la deuxième à partir de la gauche) pose avec ses collègues. [©UNICEF Indonesia/2019/Arimacs Wilander]

Trois jours après le séisme, l’équipe et 48 autres travailleuses et travailleurs sociaux des provinces voisines ont suivi une formation dirigée par l’UNICEF sur la protection de l’enfant lors de situations d’urgence. Pendant cinq jours, ils ont appris comment déterminer si un enfant était porté disparu, séparé ou non accompagné, et comment identifier la marche à suivre appropriée. Ils ont également appris à utiliser les médias sociaux pour surveiller les informations concernant les enfants portés disparus. Après leurs longues journées passées sur le terrain, les travailleuses et les travailleurs sociaux avaient la possibilité de faire part au groupe de leurs découvertes et d’obtenir des commentaires.

« La formation a été utile. C’était la première fois que nous étions formés pour les situations d’urgence », explique Robby.

L’un des premiers enfants qu’ils ont pu retrouver et réunir avec sa famille a été Fikri As Sywie, âgé de 7 ans, qui jouait devant chez lui à Palu avec son frère aîné Mufli, âgé de 10 ans, lorsque le tsunami les a emportés. « C’était un cas difficile. Nous n’étions pas sûrs de le retrouver », se rappelle Chi.

Après que le père de Fikri eut signalé la disparition de ses enfants, l’équipe a surveillé les médias sociaux à la recherche de pistes éventuelles et a appris que quelqu’un avait trouvé un enfant qui correspondait à la description du jeune garçon dans une mosquée du village de Tavanjuka, à environ 10 kilomètres. Chi et sa collègue Chaldon sont allées à Tavanjuka, où elles ont rencontré un résident qui a confirmé que Fikri avait passé la nuit précédente avec eux.

Plus tôt ce jour-là, leur cousin, qui avait trouvé Fikri sur la plage, l’a emmené à Morowali Utara, un district situé à huit heures de route. Chi et Chaldon ont réussi à retrouver le cousin et ont engagé une procédure de vérification et d’identification de l’enfant. Après avoir confirmé qu’il s’agissait bien de Fikri, elles l’ont ramené à Palu où toute sa famille attendait son retour avec impatience.

palu3.jpg
Fikri est réuni avec sa famille à Palu. [©UNICEF Indonesia/2018/Ed Wray]

Les retrouvailles émouvantes de Fikri avec son père ont rempli l’équipe de joie et ont eu un effet inestimable sur leur moral. « Nous avons réalisé que c’était possible. Nous avons alors eu confiance de retrouver les autres enfants portés disparus », affirme Chi. Après avoir retrouvé Fikri, l’équipe a localisé 27 autres enfants et les a réunis avec leur famille : la plus récente réunification a eu lieu en janvier dernier.

L’expérience a permis à l’équipe du centre des Célèbes d’offrir des services aux familles ayant été séparées après une catastrophe. Nurfanny, la superviseure de l’équipe, a récemment partagé ses connaissances avec des travailleuses et des travailleurs sociaux de Banten après qu’un tremblement de terre eut frappé la province. Les 48 travailleuses et travailleurs sociaux déployés ont eux aussi regagné leur province d’origine avec leurs précieuses connaissances acquises en travaillant sur le terrain.

La vulnérabilité de l’Indonésie aux catastrophes naturelles signifie que l’équipe doit se tenir prête à traiter des cas de protection de l’enfant lors des prochaines situations d’urgence. « Nous ne souhaitons pas un autre séisme, mais nous nous sentons prêts et confiants, car nous savons maintenant quoi faire », conclut Robby.