Trois pères racontent leur histoire | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content

La fête des Pères arrive à grands pas, et l’UNICEF veut célébrer les papas du monde entier. C’est pourquoi nous avons fait le tour du monde pour jeter un regard sur la vie quotidienne de différents pères et de leurs enfants. Du Rwanda au Paraguay, faites la rencontre de trois pères qui travaillent fort pour élever leur jeune famille.

Rwanda : Christophe et Kevin

UN0261309.jpg
[© UNICEF/UN0261309/Sokol]

Christophe, âgé de 42 ans, travaille comme cueilleur de thé pour la plantation de thé Sorwathe, située dans le secteur de Kinihira, dans le district de Rulindo de la province du Nord du Rwanda. Grâce au soutien de l’UNICEF, Kevin, le fils de Christophe qui est âgé de deux ans, fréquente un centre de développement de la petite enfance sur le site de l’entreprise, qui s’occupe des enfants des employés. Le centre prévoit également un programme de sensibilisation qui fournit aux parents de précieux renseignements en matière de nutrition, d’hygiène et d’autres compétences parentales.

« Je n’ai pas nourri les sœurs aînées de Kevin quand elles étaient petites », affirme Christophe. « Je n’ai pas joué avec elles quand elles étaient bébés et je ne les ai jamais emmenées au centre de santé. On pensait que ces tâches revenaient à la mère. » Maintenant, Christophe occupe un rôle incroyablement actif dans l’éducation de son plus jeune enfant, et ce, grâce aux renseignements qu’il a obtenus au centre de développement de la petite enfance. « À présent, je me rends compte que le rôle le plus important d’un père est d’assurer le bien-être de ses enfants », dit Christophe. « Cela signifie prendre soin d’eux et prendre du temps pour être avec eux et s’assurer de ne pas créer une relation fondée sur la crainte, mais plutôt sur l’ouverture. Il n’y a rien de plus important que de jouer avec votre enfant; cela contribue au développement de son cerveau. »

UN0306215.jpg
À la maison, Christophe réveille Kevin à l’aube pour commencer à se préparer pour la journée. [© UNICEF/UN0306217/Sokol]
UN0261310.jpg
Kevin et Christophe marchent jusqu’au centre de développement de la petite enfance : Kevin fréquente ce centre, situé à l’usine de thé Sorwathe, où Christophe et son épouse travaillent. [© UNICEF/UN0261310/Sokol]
UN0306227.jpg
Kevin donne à Christophe une bouchée de sa collation devant leur maison. [© UNICEF/UN0306227/Sokol]

Paraguay : Abdo et Paula

UN0312190.jpg
[© UNICEF/UN0312190/Sokol]

Abdo Gonzalez, âgé de 35 ans, et son épouse travaillent pour l’entreprise de télécommunications Tigo à Fernando de la Mora, dans la zone métropolitaine d’Asunción, la capitale du Paraguay. Leur fille Paula, âgée de 14 mois, fréquente une garderie d’un centre de développement de la petite enfance soutenu par l’UNICEF sur le site de Tigo, ce qui permet aux deux parents d’occuper un emploi à temps plein tout en passant du temps avec leur fille.

Dans le monde moderne, où les femmes occupent leur place dans le milieu professionnel, Abdo estime qu’il incombe au père de prendre part activement aux responsabilités parentales. « Puisque les hommes et les femmes travaillent tous les deux, il est maintenant temps pour les deux parents de partager les rôles, de créer un équilibre. Pour moi, la partie la plus importante de la maison est la cuisine : elle doit être impeccable. À la maison, je nettoie et Milargos [sa femme] cuisine. Je cuisinerais plus – je veux dire, je pense que les hommes peuvent et devraient cuisiner – mais je ne suis simplement pas doué pour ça. »

UN0312232.jpg
Abdo brosse les dents de Paula avant de l’aider à se préparer pour aller à la garderie. [© UNICEF/UN0312232/Sokol]
UN0312199.jpg
Abdo rend visite à Paula à la garderie, pendant une pause de son travail. [© UNICEF/UN0312199/Sokol]
UN0312222.jpg
Paula joue avec Abdo et sa mère, Milargos, devant leur appartement à Fernando de la Mora. [© UNICEF/UN0312222/Sokol]

Bangladesh : Jahirul et Jisha

UN0292173.jpg
[© UNICEF/UN0292173/Sokol]

Mohammad Jahirul Islam, âgé de 28 ans, vit à Narayangonj, près de Dhaka, au Bangladesh, avec son épouse Moshumi, âgée de 21 ans, et leur fille Jisha, âgée de trois ans.

Jahirul travaille comme pompier. Il est doux et éloquent. Il travaille de longues heures, c’est-à-dire 12 heures par jour, six jours par semaine, mais dit que le meilleur moment de sa journée, c’est lorsqu’il revient à la maison à 20 heures pour lire des histoires à Jisha et pratiquer l’alphabet avec elle. « Je joue avec elle chaque fois que j’en ai l’occasion. On joue à la balle ou parfois on dessine des fleurs dans la terre avec un bâton. Son livre préféré raconte l’histoire d’un enfant qui voyage à travers le monde », explique Jahirul. « Mon père était fermier et homme d’affaires. Il n’avait pas de temps pour ses enfants. Nous ne jouions pas beaucoup. Il ne s’occupait que de son travail et il y avait un climat de tension et des disputes à la maison. Nous étions pauvres et l’atmosphère était toujours tendue », se souvient-il. « En tant que père, je pense qu’il est très important que j’éduque ma fille de façon à ce qu’elle puisse grandir et avoir une vie meilleure que la nôtre », affirme Jahirul. « Il est crucial qu’elle ait une bonne alimentation afin qu’elle puisse se concentrer sur son éducation. »

UN0292175.jpg
Jahirul, vêtu de sa combinaison de pompier, sourit pendant que Jisha joue avec son équipement de protection contre les incendies. [© UNICEF/UN0292175/Sokol]
UN0292181.jpg
Jisha, dans les bras de son père Jahirul, et Moshumi, la mère de Jisha, marchent en direction de la garderie au début de la journée de travail. [© UNICEF/UN0292181/Sokol]
UN0292177.jpg
Après une longue journée, Jahirul donne à Jisha une collation chez eux, à l’extérieur de Dhaka, au Bangladesh. [© UNICEF/UN0292177/Sokol]