Une chance de vivre : naître prématuré et devenir un bébé heureux et en bonne santé | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content

L’arrivé d’un nouveau-né en bonne santé est une source de joie pour les parents, la famille et la communauté. Mais la naissance d’un nouveau-né qui n’est pas complètement développé, qui est prématuré ou malade suscite des inquiétudes, en particulier lorsque la mère et le bébé n’ont pas accès aux soins de santé appropriés.

Avec sa campagne Une chance de vivre, l’UNICEF veut bâtir un monde où chaque mère et chaque nouveau-né pourront survivre et s’épanouir. Nous ne pouvons cependant pas atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies liés à la santé, ni obtenir une couverture de santé universelle ou des soins de santé primaires centrés sur la personne, sans un investissement important et croissant dont les mères et les nouveau-nés peuvent bénéficier.

Des femmes et des bébés dans le monde entier ont besoin de votre aide. 

UN0188867.jpg
[© UNICEF/UN0188867/Njiokiktjien VII Photo]

Rencontre avec bébé Nahawa de Sounkala, Mali

Bébé Nahawa est née le 26 février 2018 à Sounkala, au Mali, de Kadidia Sangaré, âgée de 37 ans, et de son mari Bokolon Koné, âgée de 48 ans. Elle compte parmi les 30 millions de bébés qui naissent chaque année et qui ont besoin de soins spécialisés ou intensifs. Née une semaine avant terme, elle ne pesait que 1,18 kilo à sa naissance.

Kadidia et Bokolon vivent dans le village de Sounkala, dans la commune de Yiridougou. La famille cultive du riz et du sésame et s’adonne à l’occasion à l’extraction artisanale de l’or. Nahawa est le dixième enfant de Kadidia; ses quatre premiers bébés sont mort-nés, et un autre est décédé après avoir contracté le tétanos, car Kadidia n’était pas vaccinée. Elle n’a eu aucune consultation prénatale au cours de ses quatre grossesses précédentes ni lorsqu’elle était enceinte de Nahawa, consultation pendant laquelle elle aurait été vaccinée contre le tétanos.

 

UN0188865.jpg
[© UNICEF/UN0188865/Njiokiktjien VII Photo]

Kangaroo Care: le contact peau à peau permet de garder les nouveau-nés prématurés en santé et en sécurité

« L’accouchement n’a pas été très long. J’ai souffert pendant la nuit, mais ça s’est bien passé. Le matin, lorsqu’ils ont vu que le bébé était petit, ils m’ont recommandé d’aller au centre de santé du district. Là, ils ne savaient pas non plus quoi faire, alors ils m’ont envoyée au centre de santé Reference. Au centre, ils m’ont remis trois médicaments à donner à mon bébé. Ils m’ont également dit de garder mon bébé contre ma poitrine, parce qu’elle était née trop petite. De cette façon, elle resterait au chaud et ne tomberait pas malade. C’était la première fois que je faisais cela. J’ai aussi commencé à l’allaiter dès le premier jour, car lui donner mon lait l’aidait à prendre du poids et des forces », explique Kadidia.

En savoir plus sur la campagne Une Chance De Vivre:

UN0198187.jpg
[© UNICEF/UN0198187/Njiokiktjien VII Photo]

Soins obstétricaux et néonataux optimisés: la clé du bonheur des mères et des nouveau-nés

« Les soins obstétriques et néonataux d’urgence constituent une routine optimisée pour la survie des nouveau-nés et des mères. Vous vous sentez à la fois très heureuse pour la mère et fière de vous parce que vous voyez une maman toute souriante, et parce que vous savez que c’est grâce à vous qui avez aidé à mettre ce bébé au monde », explique la sage-femme Korotimi Dembelé.

« Kadidia était très heureuse, mais elle était également inquiète, car le bébé était prématuré. Elle n’était pas sûre qu’il survivrait. Mais je l’ai réconfortée. Le bébé pesait 1,18 kilo alors qu’il aurait dû normalement en peser au moins 2,5. Je l’ai conseillée et lui ai expliqué comment s’assurer que son bébé prenne du poids. »

UN0237233.jpg
[© UNICEF/UN0237233/Dicko]

Grâce au soutien du personnel du centre de santé Reference, Nahawa est maintenant un bébé heureux et en bonne santé qui ne ressemble en rien à ce qu’elle était à sa naissance.

En 2017, plus de 2,5 millions de bébés sont décédés de causes évitables, notamment –

  • De prématurité
  • De complications au moment de la naissance
  • D’infections
  • De maladies congénitales

Certains sont morts parce que les soins qu’ils avaient reçus étaient de piètre qualité; d’autres, parce qu’ils n’en avaient pas reçu du tout.

Les articles 6 et 24 de la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies (la Convention) soulignent le droit de chaque nouveau-né de jouir du meilleur état de santé possible et de bénéficier de soins de santé de la meilleure qualité possible. Ces droits ne sont malheureusement pas protégés dans beaucoup trop de pays. Cela est particulièrement vrai pour les nouveau-nés qui appartiennent à des groupes marginalisés ou qui vivent en situation de crise ou de conflit.

Les problèmes auxquels font face les nouveau-nés en insuffisance pondérale ou malades, et leur famille, comprennent la rareté des services, les obstacles à l’obtention de soins, comme le manque de connaissances, de transport ou d’argent, et la discrimination. Pour protéger les nouveau-nés, les pays doivent traduire les directives de la Convention en lois et réglementations nationales, puis les mettre en application.

UN0237237.jpg
[© UNICEF/UN0237237/Dicko]