Un filet de lumière dans les ténèbres : 5 histoires de réussite en 2020 | UNICEF Canada : Pour chaque enfant Skip to main content

L’année 2020 a été difficile en raison de la pandémie de COVID-19. Les enfants ont été confrontés à des défis uniques, notamment la fermeture des écoles, l’interruption de services importants comme les campagnes de vaccination, et la hausse de l’insécurité économique et alimentaire. Les menaces causées par les catastrophes naturelles et les conflits ont créées des situations encore plus difficiles pour les enfants du monde entier. 

Bien que chacun d’entre nous sera sans doute heureux de voir l’année 2020 se terminer, nous aimerions apporter un filet de lumière dans les ténèbres en partageant nos meilleures histoires de réussite auprès des enfants. En effet, malgré la pandémie de COVID-19, l’UNICEF a continué à réaliser des progrès en matière de protection du droit de chaque enfant d’avoir une enfance.

1) Trouver de nouvelles façons de venir en aide aux enfants grâce aux vaccins essentiels à la survie

UNI309869.jpg
[© UNICEF/UNI309869// Frank Dejongh]

Au début de la pandémie de COVID-19, les campagnes de vaccination essentielle ont dû être interrompues, mais l’UNICEF a rapidement réalisé qu’il était important de maintenir les programmes de vaccination de routine, et il a mis en place de nouvelles méthodes de distribution des vaccins pour assurer la sécurité et la bonne santé des enfants, des familles et des travailleurs de la santé.

Au Venezuela, l’UNICEF a réussi à atteindre 1 300 enfants des groupes ethniques des Eñepá et des Hoti en utilisant un avion léger puis un canot pour transporter le personnel soignant et les vaccins contre la poliomyélite, la fièvre jaune et la rougeole. En République démocratique du Congo, l’UNICEF a vacciné plus de 150 000 enfants âgés de 6 mois à 5 ans contre l’épidémie de rougeole qui sévit actuellement. Et au cours de l’automne 2020, les travailleurs de la santé du Pakistan ont fait du porte-à-porte dans le but de vacciner 39 millions d’enfants âgés de moins de 5 ans contre la poliomyélite dans tout le pays.

2) Amplifier la voix des jeunes Canadiennes et Canadiens en leur offrant une plateforme pour s’exprimer

EnHjOejXYAQmTb9.jpg

L’année 2020 a été difficile pour les enfants et les jeunes du Canada. Une génération entière d’enfants a dû renoncer aux jalons clés de leur jeunesse, notamment la remise de diplômes, le bal des finissants, les sports et les clubs. Mais surtout, ils ont perdu des mois de scolarité et d’interactions sociales avec leurs amis et leur famille. Sept jeunes sur dix ont révélé que la COVID-19 avait eu une incidence négative sur leur santé mentale. 

Cependant, les jeunes Canadiennes et Canadiens ont démontré que la pandémie ne pouvait pas égaler la force de leur voix et ils se sont exprimés sur les sujets qui leur tenaient le plus à cœur. Alors que les adultes s’affairaient à reconstruire le monde en mieux, les jeunes ré-imaginaient l’avenir. Les jeunes du Canada ont parlé de la COVID-19 sur les blogues du site Enfants au Canada, ont répondu aux questions sur la pandémie sur notre plateforme U-Report et ont fait des recommandations pour améliorer leur avenir et celui du Canada. Le document Reimagine Playbook, rédigé par des jeunes ayant participé à l’événement de la Journée nationale de l’enfant, et parrainé par UNICEF Canada, cherche à susciter l’espoir d’un meilleur avenir pour les jeunes Canadiennes et Canadiens en faisant des recommandations dans le domaine de l’éducation, de la santé mentale, de la souveraineté autochtone, du changement climatique, de la démocratie et du racisme systémique.  

3) Protéger les enfants migrants et réfugiés, retournant chez eux et à l’étranger

UN0229233.jpg
[© UNICEF/UN0229233/Herwig]

L’une des principales questions à laquelle l’UNICEF fait face dans le cadre de son programme de protection des enfants pendant la pandémie de COVID-19 est la suivante : comment rester confiné chez soi lorsque celui-ci est un abri temporaire qui se trouve dans un camp de réfugiés ou de personnes déplacées, ou encore dans une ville étrangère loin de son propre pays.

Dans le but de soutenir les enfants et les familles, UNICEF Syrie a établi un partenariat pour son programme Curriculum B – programme visant à aider les enfants qui n’ont pas été scolarisés depuis des années à cause du conflit – avec le Programme alimentaire mondial (PAM) par le biais de bons d’échange électroniques, pour permettre aux familles d’enfants inscrits au programme Curriculum B d’acheter de la nourriture et des produits de nettoyage. UNICEF Honduras a offert des tests de dépistage rapide de la COVID-19 et du soutien psychosocial, y compris des lignes téléphoniques d’aide destinées aux enfants, pour les enfants et les jeunes de retour au Honduras après leur déportation. En Éthiopie, des travailleurs sociaux soutenus par l’UNICEF ont œuvré auprès de jeunes soumis à une quarantaine après leur déportation pour assurer leur accès aux fournitures et services essentiels après leur quarantaine. 

4) Assurer l’approvisionnement dans le cadre de la lutte contre la COVID-19

UN0384350.jpg
[© UNICEF/UN0384350/Stephen/Infinity Images]

L’un des objectifs importants de l’UNICEF en 2020 a été de s’assurer que les médecins, les infirmières et infirmiers, et les autres professionnels de la santé, ainsi que les bénévoles communautaires et les travailleuses et travailleurs sociaux, aient les équipements nécessaires pour se protéger et protéger leurs patients, pour pouvoir continuer à effectuer leur travail essentiel pendant la pandémie. 

À partir de l’entrepôt de notre Division mondiale des approvisionnements, nous avons distribué des équipements de protection individuelle (ÉPI), de l’eau potable, des produits d’assainissement de l’eau, des articles d’hygiène (WASH) et des vaccins. Au printemps 2020, UNICEF Espagne a donné plus de 400 000 masques, ainsi que plus d’un million de gants, 100 000 trousses de détection du virus et 1 000 ensembles d’équipement de protection individuelle aux équipes de lutte contre la COVID-19 en Espagne. En Syrie, l’UNICEF a offert des leçons de couture à un centre de jeunesse parrainé par l’UNICEF, où les jeunes pouvaient apprendre des métiers et fabriquer des masques pour les enfants et les familles du pays. Enfin, au Burundi, où les fournitures d’hygiène et d’assainissement comme le savon constituent un luxe pour la plus grande partie de la population, l’UNICEF a collaboré avec l’un des plus grands fabricants de savon du pays pour concevoir un savon spécial et peu coûteux pouvant être distribué gratuitement aux enfants les plus vulnérables.

5) Défendre le droit de chaque enfant d’avoir une enfance

UN0372383.jpg
[© UNICEF/UN0372383/Ocon/AFP-Services]

Bien qu’en 2020 la majeure partie du travail de l’UNICEF ait consisté à lutter contre la pandémie de COVID-19, le personnel de l’UNICEF dans le monde entier a travaillé avec acharnement pour s’assurer que les enfants puissent tout de même profiter de leur enfance, malgré la pandémie ou les difficultés du moment, qu’il s’agisse d’un conflit ou d’une catastrophe naturelle. 

L’agente d’état civil Chioma Agudosi – qui vit au Nigéria et qui travaille dans un centre de santé parrainé par l’UNICEF – s’est donné pour mission d’assurer que les bébés nés en 2020 soient inscrits et enregistrés, ce qui représente une importante première étape pour défendre le droit de chaque enfant d’avoir son identité propre. Au Kirghizistan, les bénévoles de l’UNICEF ont collaboré avec le Ministère de l’Éducation pour transcrire et traduire les leçons en ligne pour que chaque enfant du pays puisse poursuivre sa scolarité, peu importe la langue qu’il ou elle parlait. Et au Brésil, l’UNICEF a distribué des paniers alimentaires, des renseignements sur la COVID-19 et des articles d’hygiène à des familles vulnérables dans le besoin.